Angoisse & anxiété

L'anxiété et l'angoisse sont deux sentiments proches : leur racine latine est cependant la même : "angustia", le "resserrement". Toutefois, il est important de les distinguer puisqu'ils sont en réalité bien différents.

 

L'anxiété est classiquement définie comme un sentiment plus diffus, et plus chronique que l'angoisse. C'est une forme de mal être qui plane de façon rémanente sur l'individu, qui peut se traduire tant psychiquement, que physiquement : fatigue, tensions musculaires, difficultés à respirer, poids sur l'estomac, questionnements existentiels ou pensées négatives. L'individu souffrant d'anxiété n'en est pas forcément conscient, n'ayant parfois que pour seule expérience de l'anxiété les symptômes physiques dont il souffre.

L'anxiété peut avoir des causes bien identifiées (problèmes importants de famille, dans le couple ou au travail) tout comme elle peut avoir un soubassement plus général : questions existentielles, peur de la mort ou de l'avenir. De manière générale, l'anxiété n'empêche pas l'individu de mener sa vie habituellement, elle n'est que très rarement paralysante.

 

L'angoisse quant à elle peut s'avérer bien plus dévastatrice. Elle peut véritablement enchainer l'individu, en l'empêchant de vivre sa vie comme il l'entend. Sortir de chez soi, prendre les transports ou aller travailler peut devenir un véritable calvaire, jusqu'à un point où plus rien n'est possible. Tout comme l'anxiété, elle peut se traduire dans le corps, de manière bien plus violente : maux de tête ou d'estomac (la "boule" dans le ventre), nausées, difficultés à manger, à s'endormir. Le paroxysme de l'angoisse est atteint lors d'une attaque de panique, qui peut être très impressionnante pour l'individu : impression de mort imminente, impression de devenir fou, perte de conscience, vomissements...

 

Que ce soit à propos de l'angoisse ou de l'anxiété, il faut garder à l'esprit que ces deux mécanismes ont un rôle à jouer dans le fonctionnement sain de l'individu. Ils viennent exprimer quelque chose, un sentiment de l'ordre de la peur. Le problème c'est que l'objet de la peur en question n'est pas forcément identifiable ; par ailleurs, il se peut aussi que ces sentiments, ces "signaux d'alerte" s'expriment de manière récurrente, inexplicable et envahissante.

 

Dans un cas comme dans l'autre, il peut être très intéressant pour la personne en souffrance de consulter un psychologue, afin de mettre à jour les tenants et les aboutissants de l'anxiété ou de l'angoisse qu'elle ressent. En travaillant le problème à sa base, la psychothérapie permet de venir à bout durablement des symptômes, tout en y mettant du sens. Ne pas savoir pourquoi on se sent angoissé ou anxieux peut contribuer notablement à nourrir ces sentiments. S'y intéresser au regard de son histoire personnelle permettra d'apaiser une souffrance qui peut être très envahissante, voire paralysante dans certains cas.

 

 

À lire également :

- La dépression

- Les addictions